Vous êtes ici : Accueil / Théories / Greimas / Le schéma narratif canonique

Available Languages

Suivez-nous

Facebook de SignoSemio Twitter de SignoSemio

Le schéma narratif canonique

Par Louis Hébert
Université du Québec à Rimouski
louis_hebert@uqar.ca

1. RÉSUMÉ

Greimas

Algirdas Julien Greimas

Le schéma narratif canonique (SNC) permet d’organiser les éléments d’une action dans une structure dotée de cinq composantes. (1) La composante de l’action se décompose elle-même en deux composantes, soit (2) la compétence, dont relèvent les conditions nécessaires à l’accomplissement de l’action : vouloir-faire, devoir-faire, savoir-faire, pouvoir-faire, et (3) la performance, réalisation effective de l’action rendue possible par l’acquisition de la compétence. (4) La manipulation est, quant à elle, la composante spécifique au vouloir-faire et au devoir-faire. Enfin, (5) la sanction est relative à l’évaluation de la réalité de la réalisation de l’action et à la rétribution appropriée (récompense ou punition) que s’est attiré le sujet de l’action. Voici un exemple d’action sous-tendue par le SNC : le Roi demande (manipulation : devoir-faire) au Prince de sauver la Princesse (action). Le Prince s’entraîne au combat (compétence : savoir-faire et pouvoir-faire) puis délivre la Princesse (performance). Le Roi lui donne (sanction : rétribution positive (récompense)) alors la moitié de son royaume et une douce moitié.

Ce texte se trouve en version longue dans le livre suivant :
Louis Hébert, Dispositifs pour l'analyse des textes et des images, Limoges, Presses de l'Université de Limoges, 2007.

Ce texte peut être reproduit à des fins non commerciales, en autant que la référence complète est donnée :
Louis Hébert (2006), « Le schéma narratif canonique », dans Louis Hébert (dir.), Signo [en ligne], Rimouski (Québec), http://www.signosemio.com/greimas/schema-narratif-canonique.asp.

2. THÉORIE

2.1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE

D’abord une présentation synthétique du schéma narratif canonique ou SNC (pour ce chapitre, nous nous inspirons largement mais librement de Courtés 1991 : 98-136).

Le schéma narratif canonique permet d’organiser logiquement, temporellement et sémantiquement les éléments d’une action, représentés ou non par des programmes narratifs (PN), dans une structure dotée de cinq composantes : (1) l’action, elle-même décomposable en deux composantes : (2) la compétence (relative aux préalables nécessaires de l’action que sont le vouloir-faire, le devoir-faire, le savoir-faire et le pouvoir-faire) et (3) la performance (relative à la réalisation effective de l’action); (4) la manipulation (composante spécifique pour le vouloir-faire et le devoir-faire); (5) la sanction (relative à l’évaluation de l’action et à la rétribution (récompense ou punition) qu’elle entraîne).

Le SNC est dit « canonique » en ce que qu’il rend compte adéquatement de l’organisation actionnelle générale d’un grand nombre de productions narratives (textes, films, etc.).

2.1.1 ORGANISATION LOGIQUE, TEMPORELLE ET SÉMANTIQUE DU SNC

Nous avons parlé plus tôt d’organisation logique, temporelle et sémantique. Précisons. Les composantes sont unies entre elles par des relations de présupposition, par exemple la sanction (terme présupposant) présuppose l’action (terme présupposé) (nous reviendrons sur ces relations); ces présuppositions sous-tendent, en principe, des relations de succession temporelle (le terme présupposé y est temporellement antérieur au terme présupposant); enfin, chaque composante constitue une classe d’action, en conséquence chaque élément qui y loge prend une étiquette sémantique particulière (c’est un élément de manipulation, c’est un élément de sanction, etc.).

2.1.2 SNC ET PROGRAMME NARRATIF

Comme nous évoquerons souvent les PN, faisons état sommairement de leur nature (pour des précisions, voir le chapitre sur les programmes narratifs). Le programme narratif est une formule abstraite servant à représenter une action. La formule abrégée du programme narratif conjonctif est : PN = F {S1 — (S2 n O)} et celle du programme narratif disjonctif : PN = F {S1 — (S2 u O)}. S1 est le sujet de l’action; S2 le sujet d’état; O l’objet; n la conjonction (avec l’objet) et u la disjonction (sans l’objet) entre le sujet d’état et l’objet.

Par exemple, dans la fable « Le renard et le corbeau », on trouve le programme narratif (conjonctif) suivant : PN = F {Renard —Fleche (Renard n Fromage)]}. La notation la plus simple d’un programme narratif se fait ainsi : S1 — S2 n O, par exemple, Renard — Renard n Fromage.

REMARQUE : SNC ET MODÈLE ACTANTIEL

Le schéma narratif canonique, proposé par Greimas, en principe, remplace le modèle actantiel, élaboré également par Greimas. Voyons les principales différences.

1. Le modèle actantiel gravite autour d’un sujet et d’un objet. Si on rabat ce couple sur un PN, on constate, d’une part, que sujet et objet sont implicitement unis par une jonction (conjonction ou disjonction); d’autre part, que ce trio correspond au second état d’un PN. Le SNC, quant à lui, tourne explicitement autour d’un PN.

2. Relativement au modèle actantiel: une paire d'actant est supprimée, soit adjuvant/opposant. Les éléments qui aident et nuisent sont logés dans la compétence et, s’ils sont considérés explicitement en tant qu’actants, ce sera par le biais de PN, lesquels sont uniquement constitués d’actants sujets et d’objets. L’objet de ces PN de la compétence est alors un élément de cette compétence, par exemple l'acquisition du savoir-faire. Un adjuvant est alors un sujet de faire dans un programme narratif de maintien ou d’acquisition de la compétence; un opposant, un sujet de faire dans un programme narratif de déperdition ou de non-acquisition de la compétence.

3. Dans le SNC, on distingue deux sortes de destinateurs: le destinateur-manipulateur (lié à la composante de manipulation) et le destinateur-judicateur (lié à la composante de sanction). Le destinataire, appelé destinataire-sujet, correspond au sujet du faire (S1) du PN au centre du schéma lorsque ce sujet est envisagé dans sa relation avec l’un ou l’autre des deux destinateurs.

Quelques précisions méthodologiques. On peut accorder autant d’attention à chacun des éléments constitutifs du dispositif ou, au contraire, se concentrer sur un ou quelques-uns de ces éléments. Dans ce dernier cas, en général, il faut au moins étudier sommairement les éléments constitutifs secondaires. Comme pour le modèle actantiel, il faut d'abord placer l'élément central (l'action) et bien le choisir, puisque tous les autres éléments sont fonction de cet élément central. L’action étant sélectionnée, on s’assurera que la manipulation, la sanction et la compétence dont on fait état se rapportent bien à ce PN et non à un autre PN de la même histoire. Soit la séquence narrative : PN1: Voleur n Stéthoscope, PN2: Voleur n Contenu du coffre-fort, PN3: Voleur n Prison. Si on place le PN1 au centre du schéma, on ne peut placer comme sanction le PN3 puisque ce dernier constitue la sanction du PN2 et non du PN1.

2.2 REPRÉSENTATION VISUELLE

Dans le schéma qui suit, on donne une représentation visuelle possible du SNC (nous transformons légèrement la représentation de Courtés 1991 : 100).

Les flèches notent les relations de présupposition entre composantes, par exemple, la sanction présuppose l’action mais l’action ne présuppose pas la sanction.

Représentation du schéma narratif canonique
Représentation du schéma narratif canonique

REMARQUE : PRÉSUPPOSITION ET TEMPS

Nous préciserons au fur et à mesure les différentes relations de présupposition entre composantes, mais retenons d’ores et déjà quelques principes logiques et temporels. Comme il se doit, un élément présupposant est facultatif relativement à son ou à ses éléments présupposés. Ainsi, en va-t-il, par exemple, de la sanction (présupposant) relativement à l’action (présupposé). Un élément présupposé, logiquement antérieur, est généralement temporellement antérieur, mais il n’en est pas toujours ainsi.

Donnons un exemple de simultanéité temporelle entre composantes en relation de présupposition : pour un personnage, sauf exception, vouloir cligner des yeux (compétence) et le faire sont parfaitement simultanés. Et un exemple d’inversion entre la l’organisation temporelle et l’organisation logique : une prestation de service peut être entièrement payable d’avance, la phase rétribution de la sanction précède alors l’action, au moins partiellement (puisqu’il n’est pas exclu qu’une rétribution cognitive (des félicitations) ou un supplément non prévu de rétribution pragmatique (de l’argent) suive cette action).

2.3 MANIPULATION

2.3.1 MANIPULATIONS POSITIVE ET NÉGATIVE

La manipulation (terme sans connotation péjorative en sémiotique) est la composante du SNC relative aux modifications du vouloir-faire et/ou du devoir-faire. La manipulation positive vise à les faire apparaître, à les augmenter ou, s’ils sont à un niveau suffisant, à les y maintenir; la manipulation négative vise à les faire disparaître, à les diminuer ou, s’ils sont à un niveau insuffisant, à les y maintenir. La manipulation positive vise à faire faire; la manipulation négative à faire ne pas faire.

2.3.2 DESTINATEUR-MANIPULATEUR ET DESTINATAIRE-SUJET

Le destinateur-manipulateur exerce sa manipulation sur le destinataire-sujet, c’est-à-dire sur le sujet destiné à accomplir ou à ne pas accomplir l’action. Dans le PN représentant l’action, ce destinataire-sujet correspond au sujet de faire, noté S1. En termes de PN, la manipulation (positive) est ainsi représentée : PN = F1 [S1 — F2 {S2 — (S3 n O)}]; dans cette formule, différente du programme narratif standard (il y a un sujet de plus et S1 et S2 deviennent respectivement S2 et S3), S1 représente le destinateur-manipulateur tandis que le destinataire-sujet coïncide avec S2.

2.3.3 MANIPULATION ET CONTRAT

La manipulation, par l’entremise du contrat explicite ou implicite qu’elle établit entre destinateur-manipulateur et destinataire-sujet, évoque, sur le mode du possible, l’action à accomplir ou à ne pas accomplir et la rétribution positive ou négative qui lui sera associée si le contrat est respecté ou n’est pas respecté.

REMARQUE : MANIPULATION ET ANTI-MANIPULATION

Soit deux armées ennemies dirigées chacune par un général. Le général de la première armée (destinateur-manipulateur), par manipulation positive (encouragements, promesses de médailles, menaces, etc.), incitera les siens (destinataires-sujets) à avancer (ou du moins à ne pas reculer) et, par manipulation négative (menaces, explosions, etc.), les ennemis à ne pas le faire (voire à reculer). Le général de la seconde armée (anti-destinateur-manipulateur), pour la même action d’avancer (du moins de ne pas reculer), exercera une manipulation positive sur les siens (anti-destinataires-sujets ou destinataires-anti-sujets).

2.4 ACTION

L’action est la composante centrale (conceptuellement et visuellement) du SNC. Cette action est représentée, en principe, par un programme narratif. La composante actionnelle se décompose elle-même en deux composantes, la compétence et la performance.

L’action (plus exactement la performance) présuppose la manipulation (s’il y a action, c’est qu’il y a nécessairement eu manipulation, mais la manipulation, même réussie, n’entraîne pas nécessairement l’action, le pouvoir-faire, par exemple, peut-être insuffisant).

REMARQUE: ACTIONS RÉFLEXIVE ET TRANSITIVE

En théorie, pour inscrire un PN dans le schéma narratif canonique, il faut que ce PN constitue ce qu’on appelle une performance, une action réflexive, où S1 = S2 (par exemple, se laver soi-même), par opposition à une action transitive, où S1 ≠ S2 (par exemple, laver quelqu’un d’autre). Nous ne sommes pas sûr que ce principe soit nécessaire dans la pratique.

Chacune des autres composantes du SNC est susceptible d’être détaillée à l’aide de PN (voir notre application plus loin).

2.5 COMPÉTENCE

La compétence (terme sans connotation méliorative en sémiotique) est la composante du SNC relative aux modifications (apparition, maintien, augmentation, diminution, disparition) des éléments préalables nécessaires à la performance (la réalisation de l’action).

2.5.1 QUATRE MODALITÉS DE COMPÉTENCE

On distingue quatre modalités de compétence : deux qui sont également du ressort de la manipulation, le vouloir-faire (noté v) et le devoir-faire (noté d), auxquelles s’ajoutent le savoir-faire (noté s) et le pouvoir-faire (noté p).

2.5.2 COMPÉTENCES POSITIVE ET NÉGATIVE

De la compétence ou d’une de ses modalités on dira qu’elle est positive lorsqu’elle est suffisante pour entraîner la performance; dans le cas contraire, elle est dite négative. La compétence ou la modalité de compétence négative est notée par l’emploi d’un signe de soustraction (par exemple, -v signifie vouloir-faire négatif). Pour qu’il y ait performance, la compétence doit être positive, d’une part, et pour le savoir-faire et pour le pouvoir-faire et, d’autre part, pour le vouloir-faire et/ou le devoir-faire (un vouloir-faire positif compensant un devoir-faire négatif et vice-versa).

Il semble – contrairement à ce que soutient Courtés - que toute compétence positive débouche immanquablement sur une performance, sinon c'est que la compétence n’était pas totalement ou pas vraiment positive (par exemple, je commence à lever le bras mais une météorite me tue : j'avais la compétence en apparence ou la compétence générale pour lever le bras mais pas une véritable compétence adaptée à l'action particulière dans ses circonstances particulières). Il en découle que la relation entre la compétence, ainsi considérée, et la performance est donc plus exactement une présupposition réciproque : s’il y a compétence (positive), il y a, y aura forcément performance; s’il y a performance, c’est qu’il y avait forcément compétence (positive).

2.6 PERFORMANCE

La performance est la composante du SNC relative à la réalisation proprement dite de l’action rendue possible par la compétence positive. La performance présuppose la compétence (et, bien sûr, la manipulation puisqu’elle touche, tout comme la performance, le vouloir-faire et le devoir-faire) : s’il y a performance, c’est que la compétence était nécessairement positive; nous avons vu que cette présupposition peut-être considérée comme réciproque : la compétence réellement et pleinement positive implique nécessairement la réalisation de l’action.

2.6.1 PERFORMANCES CATÉGORIELLE ET GRADUELLE

La performance, et par voie de conséquence la compétence, sera catégorielle et/ou graduelle. Ainsi, franchir un précipice est généralement envisagé surtout comme une action catégorielle : on réussit ou pas (une demi-réussite et une quasi-réussite sont tout de même des échecs). Une élection constitue un exemple de performance à la fois catégorielle et graduelle : la victoire est d’abord factuelle, avoir au moins 50 pour cent des votes exprimés plus un; mais la dimension catégorielle n’est pas sans importance : l’intensité de cette victoire sera d’autant plus forte qu’on s’approche du 100 pour cent des votes exprimés.

2.7 SANCTION

La sanction est la composante du SNC relative au jugement épistémique (à l’évaluation) de la performance et à la rétribution appropriée que s’est attiré le sujet de cette performance.

2.7.1 DESTINATEUR-JUDICATEUR ET DESTINATAIRE-SUJET

Le destinateur-judicateur exerce sa sanction en fonction du destinataire-sujet, c’est-à-dire du sujet destiné à accomplir ou à ne pas accomplir l’action (sujet de faire, noté S1 dans le PN).

2.7.2 JUGEMENT ÉPISTÉMIQUE

Le jugement épistémique porte sur la conformité de la performance en regard du contrat implicite ou explicite intervenu lors de la manipulation (par exemple, il s’agit alors de répondre à des questions comme : l’action est-elle réalisée et bien réalisée, le destinataire-sujet présumé est-il le bon ou y a-t-il imposture ou méprise?).

2.7.3 RÉTRIBUTION

Intervient ensuite la rétribution. Elle sera catégorielle ou graduelle, positive (récompense) ou négative (punition), pragmatique (par exemple, de l’or) ou cognitive (par exemple, des félicitations).

La rétribution présuppose le jugement épistémique (mais pas l’inverse, par exemple, le destinateur-judicateur peut mourir avant de donner la récompense promise). La sanction présuppose l’action (plus exactement la performance qui a eu lieu ou celle qui aurait dû se produire), mais l’action ne présuppose pas nécessairement une sanction (et nous reprenons notre exemple du destinateur-judicateur décédé, ici avant même de procéder à son jugement épistémique).

3. APPLICATION : « LE CORBEAU ET LE RENARD » DE LA FONTAINE

* * *

« Le corbeau et le renard »
Jean de La Fontaine (1991 : 32)

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
Et bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli! que vous me semblez beau!
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
Le Corbeau honteux et confus
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

* * *

Dans « Le corbeau et le renard » de La Fontaine, prenons l’action du corbeau (C) qui chante, sous l’impulsion du Renard (R). Voici un SNC simplifié qui en rend compte.

Un schéma narratif canonique dans «Le corbeau et le renard»
MANIPULATION

 

     •  R à (C à C n Chant)

Ce PN correspond à :

     •  R à C n Vouloir-faire

Ce Pn présuppose :

    •  R à C n Possibilité de rétribution positive

 

Rétribution (cognitive) du faux contrat

     •  R à C n Gloire

ACTION

 

C à C n Chant
SANCTION

 

Jugement épistémique

•  R à Action n Jugement positif

(L'action est jugée correctement réalisée)

 

Rétribution

 

Rétribution pragmatique du vrai contrat

•  R à C u Fromage (dépossession)

 

Rétribution cognitive du vrai contrat

•  R à C n Humiliation

•  R à C n Leçon (rétribution ironique)

COMPÉTENCE

 

•  R à C n Vouloir-faire

•  C à C n Savoir-faire (action déjà réalisée)

•  C à C n Pouvoir-faire (action déjà réalisée)

 

PERFORMANCE

 

•  C à > C n Chant (action réalisée)

Apportons quelques explications et précisions.

3.1 MANIPULATION ET CONTRAT

Dans la manipulation, le renard propose implicitement deux contrats, le vrai et le faux. Le corbeau croit que, en retour de son chant, il recevra comme rétribution positive cognitive la gloire d’avoir exposé sa belle voix. Dans ce faux contrat, il n’est même pas question de garder le fromage puisque pour le corbeau, chanter et conserver le fromage ne s’excluent pas mutuellement ou, du moins, enivré par les flatteries du renard, il perd momentanément conscience de leur incompatibilité. Le véritable contrat implicite est le suivant : s’il chante, le corbeau recevra comme rétribution négative, sur le mode pragmatique, la perte de son fromage et, sur le mode cognitif, l’humiliation.

Le renard concède d’entrée de jeu la beauté au corbeau, mais dit vouloir entendre une voix qu'il présume belle (« si votre ramage / Se rapporte à votre plumage »…). La supériorité intellectuelle du renard est mise en relief par le caractère hyperbolique de la flatterie qui montre le corbeau bien naïf et vaniteux: un corbeau n'est ni paon ni rossignol. Faisons remarquer toutefois que la stupidité que l’on prête au corbeau est imméritée : en réalité, le corbeau est un animal très intelligent (on a démontré, par exemple, qu’il pouvait compter jusqu’à quatre).

3.2 SANCTION

Lors de la sanction, le renard devient judicateur-manipulateur. Le jugement épistémique ne pose aucun problème : l’action a bel et bien été réalisée conformément au contrat (le vrai comme le faux). Cependant, le renard se démasque pour la rétribution et donne la rétribution prévue dans le vrai contrat, dont le corbeau était le signataire involontaire et inconscient. Cyniquement, il sublime la dépossession du corbeau dans un échange : contre un fromage, celui-ci n’a-t-il pas reçu une leçon? L’échange est bien inégal, qui oppose un objet pragmatique de première nécessité et un objet cognitif, un objet présenté comme unique et non partageable et un objet dont, le donnant, le renard ne se prive pas pour autant : il conserve la leçon et, plus important, l’intelligence et la ruse dont la leçon n’est que des manifestations.

4. OUVRAGE CITÉ

COURTÉS, J. (1991), Analyse sémiotique du discours. De l'énoncé à l'énonciation, Paris, Hachette, 302 p.

5. EXERCICE

Dresser un SNC à partir de l’action principale du Seigneur des anneaux de Tolkien, à savoir que le Hobbit Frodon Sacquet détruise l’anneau maléfique.

Partagez cette page